Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2014

La "théorie" du genre et ses conséquences sur les relations hommes / femmes et l’éducation des enfants

« La grandeur de l’être humain tient à ce qu’il peut dépasser le stade biologique en le transformant’ mais non en ‘l’effaçant’. »

 

Diderot

 

 

A Lentilly  j'ai encore montré que l'on pouvait critiquer l'idéologie du genre sans être sexiste, homophobe, réactionnaire... mais simplement parce qu'elle pose des problèmes dans l'éducation des enfants en plus des relations homme/femme

 

 

 

 

L’union des Familles de Lentilly  

 

vous invite à la conférence animée par 

 Jean GABARD 

« La place des pères et des mères

 pour faire intégrer les limites

 aux enfants »

 

Le mardi 25 mars 2014 à 20h30

 

A l’Espace Culturel « La Passerelle »

rue Châtelard Dru 69210  L e n t i l l y

 

 

 

 

 

  • J’interviens le 6 mars à l’UFR Médecine Maïeutique Lyon Sud de Bourg en Bresse. Sujet : La place de l'homme pour une demande de contraception ou d'IVG de leur compagne 

 

 

 

La conférence « la place des pères et des mères pour faire intégrer les limites » a réuni plus de 50 personnes à 14h et plus de 60 à 17h à la Maison de Quartier de Saint-Saulve dans le Valenciennois, le lundi 17 février 2014.

Les nombreuses questions du public sur ce thème qui interpelle ont permis de poursuivre la réflexion pendant plus d’une heure. Les échanges se sont même prolongés autour d’un verre de l’amitié et dans les couloirs

 

 

Si vous avez tendance à penser que le monde est « pourri » et qu’il n’y a plus qu’à se jeter à l’eau, dans l’alcool ou la consommation, ou si simplement vous avez des moments de découragements, allez faire un tour à la Maison de Quartier de Saint-Saulve près de Valenciennes (ou dans des lieux semblables : j’en fréquente beaucoup à l’occasion de conférences).

Vous verrez comment avec apparemment presque rien, si ce n’est une certaine « force tranquille », des hommes et des femmes arrivent à créer des liens et des lieux où dans la simplicité et la bonne humeur, il est agréable de vivre ensemble.

 

 

Ce n’est pas la lune ! Qu’un tout petit pas pour l’humanité ! Mais « être homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde » (Antoine de Saint Exupéry). C’est pouvoir dire comme le colibri « je fais ma part ».

 

 

 

 

 

MATERNITÉ - Le lait des mères a une composition différente selon qu'elles donnent naissance à un garçon ou à une fille, révèle une recherche publiée vendredi 14 février. "Les mères produisent des recettes biologiques différentes pour un garçon et pour une fille", a expliqué Katie Hinde, une biologiste de l'Université de Harvard.

 

Doit-on dire : "halte aux discriminations sexistes !  C’est comme cela que l’on construit des identités hommes et femmes  ..." ?

 

Doit-on dire : "il est temps d’apprendre aux filles les ABCD de l’égalité ..." ?

 

http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/15/lait-maternel-dif...

 

 

Un problème cependant : qu'en est-il lorsqu'il y a des jumeaux de même sexe ?  ...

 

 

 

Interview de  Jean Gabard sur l'idéologie du genre .

Film "Adieu Gender" /

 

http://vimeo.com/user12224338/review/83965501/9d8f362f4b  

 

 

 

La "théorie" du genre

  et ses conséquences

sur les relations hommes / femmes

et l’éducation des enfants

  

Les Etudes de Genre reprennent les travaux, entre autres, de Margaret Mead et de Simone de Beauvoir (« on ne naît pas femme on le devient »). Elles se développent d’abord aux Etats-Unis et se sont faites connaître en Europe dans les années 1960… Prolongement de la contestation débutée au XV siècle contre la société patriarcale autoritaire et sexiste, elles s’opposent aux théories naturalistes qui justifiaient la hiérarchie hommes/femmes. A la pointe d’une lutte efficace contre les discriminations, elles paraissent incontestables et se sont imposées dans nos sociétés occidentales depuis maintenant plus de 50 ans. Elles ont pénétré les universités puis l’école et servent aujourd’hui de base pour la rédaction des lois sur la famille.

 

Pour l’idéologie du genre, les différences de motivation, de comportement, de résultats entre les hommes et les femmes ne peuvent être que la conséquence de discriminations sexistes. La parité totale devient alors une exigence. De même si l’homme et la femme sans formatage et cadres sexistes sont à égalité et pas simplement à égalité en droits, il n’y a pas de différence entre un père et une mère et il n’y a pas de raison de ne pas permettre le « mariage et l’adoption pour tous ».

 

Avec la réaction et le militantisme de ses adeptes, ce que l’on appelle « la théorie du genre », mais qui n’est en fait qu’un postulat, en arrive ainsi à considérer toute différence entre les hommes et les femmes comme le résultat des discriminations dont serait coupable la domination masculine. Parce que la société patriarcale expliquait à tort toute inégalité homme / femme uniquement par la nature, la théorie du genre veut expliquer toute différence par la construction sociale. Elle balaie du revers de la main les conséquences de la différence biologique sur les comportements, que la science commence pourtant à entrevoir. Elle dénie aussi la différence de structuration du psychisme qui ne peut pas se prouver scientifiquement mais qui apparaît tellement évidente. En effet comment pourrait-il y avoir la même structuration psychique chez une petite fille née d’une personne du même sexe et ayant un corps de femme et chez un petit garçon né d’une personne du sexe opposé, et ayant un corps d’homme ? On sait pourtant que tout petit enfant, qu’il soit garçon ou fille, a pour référence première sa maman et que cette influence le marque toute sa vie.

 

Cette idéologie, devenue dominante, n’est pas sans effets dans les relations hommes/femmes et l’éducation des enfants.

 

Alors que les sociétés traditionnelles avaient réglé le problème de la gestion de la différence des sexes en décrétant que le sexe féminin était un sexe inachevé et inférieur, la théorie du genre s’évite de la gérer en la présentant comme le résultat d’une construction sociale sexiste. Elle devient donc anormale ! Si les femmes n’arrivent pas à atteindre le niveau de résultats des hommes, la faute en revient à ces derniers qui les auraient discriminées. Si les hommes n’arrivent pas à faire preuve des mêmes qualités que les femmes dans d’autres domaines, ils sont rendus responsables de leur mauvaise éducation. Dans les deux cas l’homme est coupable en face d’une femme qui ne peut être que victime

Pour l’idéologie égalitariste les hommes et les femmes, en effet, devraient pouvoir faire preuve des mêmes qualités. Aucune effectivement ne peut être exclusivement masculine ou exclusivement féminine. Les valeurs mises en avant aujourd’hui par l’idéologie féministe (la sensibilité, l’authenticité, la spontanéité, le lâcher prise, la proximité, l’harmonie…) sont pourtant toutes des qualités autrefois dites « féminines » et dénigrées par les hommes alors que les valeurs dites autrefois « masculines » (la froideur, le contrôle, la rigueur, la distance, le conflit …) sont considérés comme des défauts à corriger. De même que la femme était considérée comme un homme incomplet, l’homme est aujourd’hui sommé de les développer si ce n’est de se comporter comme une femme !

 

 Pour ne pas être accusée de sexisme, l’idéologie du genre ne dit pas que les hommes sont inférieurs s’ils n’y parviennent pas aussi bien que les femmes mais qu’ils sont mal éduqués ou malades. Avec encore plus de perversité, elle les rend même responsables de leur mauvaise éducation !

Ainsi, au lieu de permettre aux femmes et aux hommes de mieux vivre ensemble en gérant leurs différences, la théorie du genre alimente une guerre des sexes stérile ou/et « l’évaporation » de l’homme.

 

Cette « théorie du genre » a aussi de lourdes conséquences pour l’éducation des enfants et donc pour l’avenir des familles et de nos sociétés.

 

La « théorie du genre » a permis aux hommes de sortir des stéréotypes et de pouvoir beaucoup mieux qu’avant jouer leur rôle de papa. C’est ainsi qu’ils s’occupent de leurs enfants et n’hésitent plus à être dans l’affectif, le ludique.

Elle confond cependant  les rôles sociaux traditionnels et les fonctions symboliques. Déniant la différence père/mère, elle ne permet pas à ces fonctions symboliques et donc éducatrices de s’exercer.

 

Réagissant, à juste titre, contre le sexisme et l’autoritarisme des pères d’autrefois, mais se pensant semblable, la maman baignée dans l’idéologie du genre ne juge souvent plus utile de faire intervenir un homme. En effet même si elle a porté l’enfant dans son ventre et peut se sentir plus proche de lui, elle se sent tout aussi capable de lui fixer des limites.

Elle ne maîtrise cependant pas la vision que l’enfant à de l’homme et de la femme, du papa et de la maman et c’est pourtant de cette vision que va dépendre l’intégration de la loi par l’enfant.

 

L’enfant ne perçoit pas pareillement celle qui l’a mis au monde et le papa. Cet enfant passe en effet neuf mois dans le ventre de cette maman. Il est dans son monde et tout ce qu’il peut percevoir, les battements de cœur de sa maman, les paroles de sa maman et celles des autres personnes qui lui arrivent à travers le filtre de la peau, appartiennent à son univers : un univers liquide, à température constante, protégé des agressions extérieures où il reçoit tout ce dont il a besoin sans avoir à faire d’effort, sans même avoir à demander : un monde d’harmonie !

A la « chute du paradis », comme certains ont appelé la naissance, il retrouve dans les bras de sa maman les mêmes odeurs, les mêmes battements de cœur et ceci le sécurise. En s’individualisant et à plus fortes raisons en se séparant progressivement de sa maman, il réalise comment c’était bien avant, combien cette maman avec qui il se maintient encore dans la fusion est extraordinaire, combien cette maman qui lui a tout apporté et qui continue de tout lui apporter est pour lui toute-puissante et fascinante. (Cette vision de la maman et de la femme toute-puissante, capable de réaliser ce miracle, restera gravée dans son inconscient).

Parce qu’elle est fantasmée toute-puissante, la maman (la femme) ne pourra jamais jouer les mêmes fonctions symboliques que l’homme avec un petit enfant. Même si elle fait preuve des mêmes capacités, ce qu’elle fera et dira sera toujours interprété différemment par celui-ci. Si elle parle avec sévérité, elle pourra éventuellement obtenir l’obéissance de l’enfant. Celui-ci cherchera à lui plaire par crainte de perdre son amour et pour rester fusionnel, mais cédant à ce qui est pour lui un chantage affectif, il n’est pas certain qu’il apprenne à respecter la loi.  Comment d’ailleurs pourrait-il intégrer une limite venant d’une personne qu’il perçoit comme n’en ayant aucune ? Si la maman a pour but de le limiter, lui ne cherche qu’à l’imiter, à être comme il la voit et comme il est persuadé d’être : dans la toute-puissance ! C’est la raison pour laquelle la maman doit s’efforcer de  jouer la fonction de mère qui consiste à faire exister un père, un homme non fantasmé tout-puissant. L’homme valorisé sera écouté et la maman se montrant avec des limites, permettra à l’enfant de sortir de son emprise. Elle pourra, plus tard, dire elle aussi la loi, quand l’enfant l’aura intégrée. 

 

 
Ces fonctions symboliques de père et de mère, différentes, non interchangeables avec un petit enfant sont nécessaires pour que l’enfant intègre la loi, assume les frustrations et devienne autonome. Les parents ont le devoir de les jouer sérieusement, sans se prendre au sérieux.

 

Aujourd’hui, la croyance dans l’idéologie égalitariste dominante, empêche ces fonctions de se jouer et nous constatons la multiplication d’enfants-rois plus ou moins « hors la loi » qui deviennent difficiles à gérer dans la famille, en société, à l’école ?  Comment en effet pouvoir vivre en société dans le respect des autres, suivre les règles de l’écriture, de l’orthographe, du calcul … à l’école, si l’on n’a pas intégré, très jeune, les limites et si l’on reste dans la toute-puissance ?

 

 

 

 

 

21:20 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Commentaires

Il m'arrive de me demander pourquoi tant de questions posées concernant cette théorie du genre.
Depuis que le monde est monde la question n'a jamais été posée.
Pourquoi certains naissent garçons et d'autres filles.
Parce que ainsi est la nature et la nature on ne peut la changer.
Alors, je pense qu'il faut arrêter de ce poser ce type de question.
Notre monde est ainsi constitué et ce depuis la nuit des temps. Je ne pense pas que cela a posé problème a notre monde et il n'est vraiment pas nécessaire de vouloir le changer. Maintenant, si des hommes ou des femmes se sentent pas bien dans leur rôle, tout est question de psychologie. Les individus que nous sommes sont très différents les uns des autres. Et ils y aura toujours la moitié du monde qui se posera des questions.
Je ne pense pas qu'il faille vouloir remédier a tout notre système interplanétaire.

Écrit par : NATALUCCI-LAURATI Marie | 07/02/2014

Il est vrai que le fait de n’être (naître) garçon ou fille n’a pas changé.

Mais il est aussi vrai que la société patriarcale traditionnelle s’est servie des différences de départ entre les hommes et les femmes, pendant des millénaires, pour justifier l’infériorisation de ces dernières.

Aujourd’hui en réaction la nouvelle idéologie rejette à juste titre ce sexisme mais aussi les différences biologiques et les différences de structuration du psychisme (que l’on commence pourtant à entrevoir).

De même, alors que l’on niait la construction sociale sexiste qui renforçait les différences, la nouvelle idéologie, toujours en réaction, ne voit plus qu’elle pour expliquer les différences et en faire des injustices.

Il serait peut-être temps d’arrêter d’être dans la réaction (réactionnaire !)…

Écrit par : Jean GABARD | 08/02/2014

Les commentaires sont fermés.