Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je suis féministe

 

"Aujourd'hui, on vit dans une société qui laisse peu de place à la nuance. Dans une société qui survalorise la radicalité. Hors je trouve ça facile d'être radical. Il est beaucoup plus facile de s'indigner que de penser."

L'écrivaine Leïla Slimani

 

 

 

Bonjour

 

La société connaît une transformation importante

 depuis une cinquantaine d’années.

Avec la contestation de la société patriarcale

 traditionnelle, autoritaire et sexiste,

la famille se trouve totalement bouleversée.

Les valeurs, les méthodes d’éducation ont changé

ainsi que la place de l’homme et de la femme

 dans la famille, dans la société en général.

Cette modernisation nécessaire désempare cependant

 de nombreuses familles …

 

Pour sortir des méthodes d’éducation traditionnelles dépassées

 sans laisser nos enfants sans repère et difficile à gérer,

ne serait-il pas nécessaire de réfléchir à

comment exercer les fonctions

 de père et de mère

pour faire intégrer les limites aux enfants

 

fonctions à exercer sérieusement et sans se prendre au sérieux, en respectant l’égalité en droits 

 

 

Un sujet qui mérite beaucoup d’attention

 

C’est ce sur quoi je vous invite à réfléchir

dans les conférences-débats que j’anime :

 

 

 

 

 

 

Pour plus de renseignements

vous pouvez me contacter

jean.gabard@gmail.com

 

http://www.jeangabard.com

 

 

 

Mes références : mes dernières interventions

http://blogdejeangabard.hautetfort.com/

 

 

Merci de votre écoute et de faire suivre l’information

 

 

Jean GABARD

Auteur de : -  « Materner ou éduquer – Refonder l’école », Les Editions de Paris.

 

 

 

 

 

« Je suis Charlie », pour la liberté d’expression !

 

 

 

Je suis conférencier et auteur de « Le féminisme et ses dérives – Rendre un père à l’enfant-roi » et ne suis pas pour autant conservateur et encore moins réactionnaire. Je ne suis absolument pas misogyne, sexiste, homophobe, « masculiniste », comme certains le font croire en me faisant tenir des propos que je n’ai jamais tenus. C’est ainsi qu’ils me diabolisent pour m’empêcher de m’exprimer (et notamment d’animer des conférences-débats) et justifier leur méthodes (diffamation et pression sur les organisateurs). Jean-Raphaël Bourge chercheur universitaire à Paris 8, va même jusqu’à me faire écrire ce qui l’arrange. Dans sa partie des Actes du colloque « Violence envers les femmes enjeux politiques, scientifiques et institutionnels » (26 février 2013) il écrit, après avoir ouvert les guillemets, des propos qu’il invente (et qui sont effectivement réactionnaires), en disant citer mon livre. Il donne même les pages où je les aurais écrits pour qu’on le croit sur parole. Vous pouvez tous vérifier sa falsification mais lui, qui se plaint pourtant de la malhonnêteté intellectuelle d’autres écrivains, n’a toujours rien changé à son texte, malgré mes demandes.

 

En me faisant tenir des propos réactionnaires parce qu’elles n’acceptent pas que je critique certaines de leurs positions, des personnes qui se disent féministes (et « Charlie ») se persuadent, comme des intégristes, qu'elles détiennent La Vérité, qu'elles n'ont pas à débattre et qu'elles ont raison de faire taire ceux qu’elles considèrent comme des ennemis. Alors qu’elles prétendent défendre la démocratie, leur idéologie devient totalitaire et elles en utilisent déjà les méthodes …

 

J’ai, jusqu’à maintenant, répondu aux calomnies par le silence (et j’ai eu tort). Dorénavant, je porte plainte pour diffamation contre tout propos calomnieux à mon égard et demande la liberté de pouvoir débattre …

 

La revendication d’égalité femmes-hommes étant utopique, je demande, moi, ce qui est possible et écrit dans les Textes, c’est-à-dire le respect de l’égalité en droits entre les femmes et les hommes. Je suis déterminé à la défendre comme je m’efforce de défendre, en général, la justice sociale.

Je suis donc totalement opposé aux totalitarismes de tout bord, au racisme, au sexisme, à l’homophobie, qui sont des refus d’assumer la différence …

Je peux critiquer certaines positions de certains féministes sans pour autant être antiféministe, de même que les critiques de certaines positions de certains démocrates ne font pas de leur auteur des partisans de la dictature.

Je dénonce la société patriarcale traditionnelle et souhaite dépasser le patriarcat, sans revenir en arrière à l’idéalisation du materno-enfantin comme veulent nous y entraîner certains féministes.

En matière d’éducation, qui ne devrait être que « positive », je suis absolument contre l’autoritarisme et le sexisme des méthodes traditionnelles. Je propose un modèle qui permet aux enfants, d’intégrer les limites, d’acquérir des repères suffisamment solides pour assumer les frustrations et respecter les autres dans la famille, à l’école, en société.

 

Les connaissances actuelles nous permettent de mieux connaître la différence des sexes et d’apprendre à la gérer sans sexisme. Essayer de sortir de la crise d’adolescence actuelle pour, enfin, avancer et devenir adulte est, il me semble, un projet qui donne du sens et qui permet d’améliorer le « vivre ensemble ».

Merci de votre écoute

 

 

Jean GABARD    

 

auteur de

« Le féminisme et ses dérives - Rendre un père à l’enfant-roi »

Les Editions de Paris Max Chaleil, 2006 réédité en 2011

« Materner ou éduquer ? - Refonder l’école »

Les Editions de Paris Max Chaleil, 2016

 

http://www.jeangabard.com

 

Écrire un commentaire

Optionnel