Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2011

place à la critique

 

Je l'ai toujours dit: les hommes sont égaux. Il n'y a de véritable distinction que la différence qui peut exister entre eux. 

Henri Monnier  (1799 – 1877)

 

 

Place à la critique

Je ne suis pas psychologue, je ne suis pas psychanalyste, je ne suis pas psychothérapeute. Je ne suis pas sociologue pas plus que médecin. Je ne suis pas universitaire et je ne suis même plus enseignant…

Je ne suis qu’un homme (faut-il montrer un certificat ?) qui s'est intéressé très tôt au problème de l’éducation (à six ans je voulais devenir instituteur). Devenu enseignant assez tard, après avoir voulu "découvrir le monde", j'ai fait des recherches sur les rapports élèves-enseignants, enseignants-parents,  enfants-parents, pères-mères, hommes-femmes ...  N'ayant pas besoin de diplome, je ne suis devenu spécialiste d'aucune discipline, mais par des approches très variées : psychologique, psychanalytique, philosophique, historique, sociologique, biologique, neurologique …, je me suis spécialisé (s'il est possible de le dire), dans ce domaine très vaste et passionnant qu’est l’éducation des enfants et les relations hommes/femmes.

Et ce sont les thèmes que j’aborde dans l’essai que j’ai écrit et dans les conférences-débats que j’anime.

 

Effectivement je ne suis pas un spécialiste.

Mais n’étant pas un spécialiste, et ayant une approche pluridisciplinaire, je peux transmettre, avec le recul (comme je le faisais dans les classes de collège et de lycée où j’ai enseigné) ce que j’ai reçu de spécialistes, en essayant de me faire comprendre de tous les hommes et les femmes, parents ou futurs parents, qui se sentent concernés par le sujet et qui ne sont pas tous des spécialistes.

 

Je suis très mal placé pour juger ce que je propose.

C’est la raison pour laquelle je préfère laisser la parole à des personnes qui ont lu l’essai et/ou suivi les conférences.

A propos de l’essai

  

Le grain de Sable

L’ouvrage de Jean Gabard, riche et exigeant, mais très accessible grâce à une écriture alerte, s’avère très stimulant pour le lecteur soucieux de mener une réflexion sur le bien commun et l’avenir de notre société

Fabrice Trochet   Le Grain de Sable 2006   http://www.legraindesable.com

 

Le Lien Social

 

Est-il possible d’apporter une critique au féminisme, sans prendre le risque d’être traité de phallocrate réactionnaire ? C’est dans cette tentative que se lance Jean Gabard avec habileté. On trouvera toujours ici et là une affirmation qui, sortie de son contexte, pourra déclencher l’ire des bonnes consciences. (…)
Pour autant, l’idée développée par l’auteur est tout à fait intéressante. (…)

 

Jean Gabard ne revendique pas un retour à un passé ouvertement patriarcal. Il condamne fermement le machisme. Simplement, il constate que l’idéologie féministe a provoqué des dérives tout aussi destructrices. À vouloir assimiler la moindre asymétrie à une forme de domination, elle en est venue à nier toute spécificité féminine ou masculine et à transformer le père en un vague assistant maternel un peu encombrant et pas toujours très utile. L’auteur en appelle à sortir de la fusion/confusion qui marque la relation homme/femme, père/mère et parents/enfants et de la substitution de la raison par l’émotion.

 

Jacques Trémintin   Le Lien Social n°857 du 18 octobre 2007 

http://www.lien-social.com/spip.php?article2048&id_gr...

 

Association des Professeurs de Lettres

Jean Gabard ne se contente pas de faire le procès de la défaillance de l’éducation au sein de la famille, du retour de certaines idéologies, du poids de certaines cultures. Il est de ceux qui, ne se satisfaisant pas d’explications sociologisantes ou historicisantes, ont l’ambition de chercher dans l’évolution de notre civilisation elle-même les causes d’un malaise dont on sait, de fait, qu’il ne concerne pas seulement l’enseignement, mais l’éducation, qu’avec lui est en question l’acculturation des futures générations. On le voit bien lorsqu’il traite du machisme. Pointant le fait qu’il n’est pas aussi codifié que jadis, qu’il n’est pas autant hérité, attirant l’attention sur la disparition des rites d’initiation, il met en évidence, des différences  notoires avec le machisme traditionnel, « qui se transmettait par imitation ». On voit par là que l’auteur ne se contente pas de rejeter la faute sur la société. Faisant plus que flirter avec la sociologie et la psychanalyse, il met en avant des questions quasi-anthropologiques sous-jacentes à ces questions de société dont on nous abreuve et dont on veut nous faire croire qu’elles expliquent les maux dont souffre l’institution. Le sous-titre du livre rend donc beaucoup mieux compte de son propos que son titre, qui pourrait faire croire un lecteur pressé que c’est un ouvrage polémique.

Michel Serceau    Association des Professeurs de Lettres 

Bulletin n°119 sept-oct 2006

 

Amazon

Je suis enchanté par ce livre. Son titre peut faire peur mais il a le mérite d'expliquer l'évolution de la place des femmes dans notre société au travers des époques, les modèles de familles (patriarcales et matriarcales), leurs atouts et inconvénients, l'influence de Mai 68 sur la société française, la place des femmes et des hommes aujourd'hui, leur rapport avec les enfants et surtout leur influence...

Bref si vous cherchez à comprendre votre couple, si vous cherchez à comprendre le modèle familiale, si vous avez des enfants, si vous êtes féministe ou anti-féministe, ce livre synthétise de nombreuses informations qui sont de plus renforcées par des références à Pascal Bruckner, Aldo Naouri et bien d'autres.

Par wavushujaa "wavu" (Paris, France) www.amazon.fr

 

 

 

 

A propos des conférences-débats :

Narbonne Apeser

La conférence du 23 mai a connu un vif succès. Jean Gabard a expliqué son analyse devant plus de 50 personnes. L'humanité après avoir connu l'enfance avec la rigidité du système patriarcal, est entrée en opposition dans une adolescence agitée. Elle a gouté au féminisme, remettant en cause les principes de son enfance. A présent il lui reste à trouver un juste milieu et un milieu juste afin que hommes et femmes, pères et mères trouvent leur place avec harmonie. En fait, l'humanité doit simplement entrer dans l'âge adulte, raisonnable et responsable; tout cela pour le plus grand bien du développement de ses enfants.

Un grand merci à Jean Gabard pour sa sympathique et enrichissante intervention et pour son aimable participation.

Association Apeser  (Aide parentale d’Ecoute Soutien Echange et Reflexion  http://apeser.canalblog.com  ) Narbonne conférence du 23 mai 2008

 

Romans  Le Dauphiné Libéré

Au nom du père

Du paléolithique à nos jours, Jean Gabard en conférence à la médiathèque, a retracé le parcours du père au sein des familles : son rôle, sa fonction et de fait, ceux des mères. Professeur d’histoire et géo, s’intéressant à la psychologie, Jean Gabard a écrit un essai intitulé « Le féminisme et ses dérives. Du mâle dominant au père contesté ». Un titre faussement provocateur mais accrocheur, cet ouvrage traitant d’abord de l’éducation des enfants.

Un débat apprécié

Loin de ranimer la guerre entre les sexes, Jean Gabard face à son public s’est notamment interrogé sur l’après-68, se demandant si la nécessaire émancipation des femmes n’a pas relégué l’homme, et donc le père, au second plan ! Poussant sa réflexion jusqu’à se demander si cette égalité entre les sexes n’a pas purement gommé la différence incontestable entre homme et femme. Une vision historique pour prendre du recul et une réflexion appréciée « sur une société qui tarde à sortir de l’adolescence ».

Le Dauphiné Libéré du samedi 20 janvier 2007  conférence du jeudi 18 janvier 2008 à Romans

 

 

 

Bruxelles  Murielle Lona   blogfoodforthought

Intriguée par le titre du livre de Jean Gabard, “Les féminisme et ses dérives : du mâle dominant au père contesté”, je décide d’approcher son auteur. Un feeling, en tant que femme et maman, qui me dit : “Vas-y, cet homme a des choses intéressantes à nous transmettre”.

Jean Gabard : il n’a écrit qu’un livre, mais quel livre! En France, certaines de ses conférences sont annulées. Pourquoi? Sans doute suite à certains groupes de pression. En Belgique, l’année passée en octobre, sa présence au colloque international “Paroles d’Hommes” a soulevé pas mal de tollé. En y regardant de plus près, une question a été posée à la Ministre  de la Région Bruxelloise, Madame Grouwels, sur le financement de cette conférence. L’argent, toujours l’argent!

Malgré cette opposition,  je décide d’inviter et de maintenir la rencontre avec Jean. D’emblée, je suis conquise par le personnage. Jean est tout à fait différent de l’image que j’avais de lui. Homme calme, posé, clair, assez réservé. Même pas un réactionnaire comme certains voudraient le faire croire.  Bien sûr, il a, à son passif, son manque d’expertise reconnue par un diplôme. Ce n’est pas un sociologue, ni un psychologue, ni un pédiatre. C’est tout simplement un homme, avec un coeur ouvert aux autres, qui s’intéresse à l’avenir de son prochain et donc aux enfants. Bien sûr qu’il s’intéresse aux enfants puisqu’il est lui-même prof. Prof de géo et histoire dans une école française de tout haut niveau. Prof, cela veut dire à l’écoute !

Un cas particulier, un homme qui s’intéresse tellement aux femmes (heureusement pour lui!) qu’il va même étudier le féminisme et son histoire! Ne serait-il pas un peu kamikaze? Est-ce un réactionnaire, un contestataire? Pour l’instant, il est plutôt.. contesté. Son message pourrait déranger! Qui? en tout cas, pas moi! Même si je suis une femme, je ne suis pas tombée dans le panneau du féminisme. Je revendique la complémentarité, la différence et non l’égalité!

Je revendique une société juste, qui donne sa chance à chacun. Une société qui permette à l’individu de s’épanouir et de réaliser ce qu’il veut vraiment. Une société qui prône la liberté, le droit à la différence. Une société qui arrête de juger. Une société tolérante!

Le Mess, un mercredi soir de printemps…. Une trentaine de personnes présentes pour écouter le discours de Jean Gabard.  Une ambiance d’emblée amicale. Une verre de champagne à la fraise détend l’atmosphère. Jean Gabard boit-il souvent du champagne à la fraise avant de s’adresser à son public? Certainement pas!  (…)

Une soirée riche en réflexions et en prise de conscience. Un Jean Gabard étonnant, pas du tout réactionnaire et des participants tous très impliqués et concernés par ce message….Des participants heureux d’échanger dans la convivialité!

J’espère que cette soirée aura des répercussions et qu’elle suscitera une prise de conscience. Une goutte d’eau plus une goutte d’eau, c’est comme cela que l’on fait les grandes rivières!

Murielle op Sunday 17 May 2009
http://www.blogfoodforthought.be conférence Bruxelles le 13 mai 2009

 

Evry Université du Temps Libre de l’Essonne

 

COMPTE- RENDU DE LA CONFERENCE DE MONSIEUR JEAN GABARD  

 

Auteur :  Michèle MARTIGNON

Responsable de la Commission des Sciences Humaines

1ère Vice-Présidente de l’UTL Essonne 

 

Monsieur Gabard est intervenu à l’UTL  d’Evry le 28 janvier 2010, dans le cadre de la première conférence polémique que nous souhaitions mettre en place.

Sa conférence, intitulée  « les dérives du féminisme : du mâle dominant au père contesté »,  a pleinement atteint ce but:  
 

-Le fond 

Nous nous attendions à une approche sociologique et ce fut plutôt une approche psychologique, qui a suscité, dans un premier temps, la contestation de certains de nos adhérents. A la réflexion, plusieurs d'entre eux ont eu  l'honnêteté de reconnaître ultérieurement que Mr Gabard avait frappé là où cela leur faisait le plus mal, mettant en oeuvre une forme d'introspection à laquelle ils ne s'attendaient pas. Le tout, finalement à leur bénéfice. 

Par ailleurs, les adhérents compétents de par leur formation en psychologie ont certifié que les théories qu'avance Mr Gabard sont parfaitement validées par les milieux autorisés. 

-La forme 

Fut néanmoins inattendue. Compte tenu des interventions de Mr Gabard dans différents médias de premier plan et eu égard à l'essai qu'il a publié sur le thème du féminisme et de ses dérives, nous avons généralement trouvé qu'il avait un peu trop simplifié son langage face au public mûr,  averti et intellectuellement curieux qui est le nôtre. Il en a convenu.  

Au jeu des questions/réponses, il nous a d'ailleurs prouvé, face à la qualité des propos des adhérents, que la langue universitaire lui était familière, en changeant immédiatement de registre, pour adopter celui que nous attendions.  
 

En conclusion:  

Mr Gabard s'attache à parler sans notes, facilement, ce qui est plaisant. Une fois acceptée l'approche psychologique, la problématique de son intervention est intéressante. 

Notre UTL, en lui demandant de veiller à lui offrir le même haut niveau d'expression que celui dont il use avec les médias, a choisi de lui faire confiance pour deux conférences en 2010-2011. 

J'ajouterai que Mr Gabard est d'un abord agréable qui facilite la discussion.

Et que certains adhérents ont souhaité prolonger leur réflexion en se procurant  son ouvrage. 
 
 

                                                                                 Evry, le 20 mai 2010

Conférence donnée à Villabé le 28 janvier 2010 pour l’Université du Temps Libre de L’Essonne

 


 

 

Que ceux et celles qui ont lu le livre et suivi une conférence ajoute leur jugement critique. Merci d’avance

23:35 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

23/01/2011

Danser ensemble

 

« Deux hommes, s'ils veulent s'entendre, ont dû d'abord se contredire. La vérité est fille de discussion, non pas fille de sympathie. »

Gaston Bachelard (1884 – 1962)

 

 Danser ensemble

 

L’amour indispensable pour éduquer les enfants constitue aussi le premier devoir de l’époux et de l’épouse. En effet l’homme qui soumet l’autre par la contrainte n’entre pas dans la fonction de père mais reste pour l’enfant un ennemi et un tyran. Bernard This est catégorique : « un  père qui se voudrait au-dessus de la loi, ou qui ferait de la loi son affaire, une loi au service de son « bon plaisir », un père qui voudrait imposer la séparation mère-enfant, sans souci de la relation qu’il noue avec son épouse, cesserait aussitôt d’occuper la place du père symbolique [1]. » La fonction de père et de mari ne doit pas faire fuir l’amant et le bonheur de la vie à deux. Au contraire, celui-ci peut ressembler à celui de la danse en couple. Il est cependant vrai qu’avec la libération et l’égalisation, les danseurs modernes ne veulent plus suivre des figures et des pas trop astreignants, de même qu’ils n’acceptent plus d’être guidés. L’individu indépendant, maître de soi et souhaitant s’exprimer librement ne sait plus « sur quel pied danser » avec l’autre et cherche solitairement son plaisir. Dommage, car suivre des pas et un cavalier ne signifie pas devenir esclave et inférieur mais profiter du plaisir de danser ensemble ! Ici comme ailleurs ce n’est pas la suppression des contraintes qui rend libre mais leur acceptation. L’amateur de deltaplane obtient une impression de liberté dans le vol non pas en niant les lois de la pesanteur et des courants mais au contraire en les étudiant avec précision et en les prenant en compte.

 

Extrait de "Le féminisme et ses dérives - Du mâle dominant au père contesté" 

 

 

 

La conférence "Le féminisme et ses dérives - Du mâle dominant au père contesté" a été donnée  

à Villabé (elle a rassemblé 600 personnes) aux Ulis et à Etampes, pour l'Université du Temps Libre de l'Essonne, à Melun dans le cadre de l’Université Inter- Age de Melun. 


j’ai le plaisir de vous annoncer que je donnerai de nouveau cette conférence

le 27/09/2011 à Dreux dans le cadre de l'Université du Temps Libre de Dreux

 

 

 

 

 

Devant les chiffres de la délinquance et des incivilités des adolescents, il est de bon ton d’évoquer la démission des adultes. Les parents, pourtant, ne se sont peut-être jamais autant préoccupés de l’éducation des enfants qu’aujourd’hui.

Celle-ci dont les principes se transmettaient de générations en générations a, il est vrai, connu une véritable révolution avec la remise en cause de la société patriarcale traditionnelle.  L’inégalité entre les sexes et les brutalités ont été condamnées et aujourd’hui l’autorité parentale et les droits des enfants sont reconnus.

Dans ce lieu de démocratie et de dialogue où il n’est cependant plus question « d’interdire d’interdire », de nombreux parents, pourtant, s’interrogent sur leur nouvelle place dans la famille moderne, sur la pertinence de certaines règles, sur la façon de les poser...

Quelle place les pères et les mères doivent-ils occuper dans la famille ? Comment peuvent-ils faire intégrer des limites aux enfants afin que ceux-ci acquièrent les repères indispensables pour vivre en société, pour apprendre à l’école, pour devenir des adultes responsables ? ...

 

 

 

Nous vous proposons de réfléchir à ces questions et d’en débattre au cours de conférences-débats animées par Jean GABARD  auteur d’un essai sur les relations hommes/femmes et l’éducation des enfants

 

 

 

Parmi mes prochaines interventions

 

Conférence-débat : La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites 

 à Banyuls, Savigny le Temple, Nice …

 

Conférence-débat : Hommes / Femmes : quelles différences aujourd'hui ?

 à Lyon



 

 

Parmi mes dernières interventions

conférence : Le féminisme et ses dérives - Du mâle dominant au père contesté :  Melun Université Inter-Age

conférence-débat : Père et mère: quelle est votre place dans l'éducation pour faire intégrer les limites ?  Saint Genis Laval

conférence : Du mâle dominant au père contesté :  Etampes Université du Temps Libre

conférence-débat : Les fonctions de père et de mère dans l'éducation des enfants   La Voulte M.J.C.

conférence-débat : La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites   Saint Rambert d'Albon, Centre Social et culturel Municipal

Conférence-débat : La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites  Dampierrre sur Linotte,  Fédération Départementale Familles Rurales de Haute Saône

Conférence :  Du mâle dominant au père contesté  Université du Temps Libre de L'Essonne Gometz le Châtel

 

 

Conférence-débat :  La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites aux enfants Relais Assistantes Maternelles mairie d'Aubière (63170 Aubière) (04.73.28.48.51)

 

 

Conférence-débat :  La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites aux enfants Crèche Parentale "les Gabignons" (18170 Marçais) (02.48.96.20.95)

 

Conférence-débat : les relations hommes/femmes dans notre société moderne Association Annonay Info Santé (04 75 67 64 79)

 

conférence : Du mâle dominant au père contesté

Université du Temps Libre de l’Essonne, Villabé (91) (01 64 99 86 82) (cette conférence a rassemblée plus de 500 personnes)

 

conférence-débat : Les pères et les mères dans notre société moderne

organisée par : La Parentele Chambly (60) (01.39.37.29.29)

 

Conférence-débat : L’homme vrai aujourd’hui

Organisée par Déclics et Cie, Genève (+41 22 340 59 70)

 

Conférence-débat : L’homme vrai aujourd’hui

Organisée par Déclics et Cie, Morges (CH)

 

Conférence-débat :  La place des pères et des mères pour faire intégrer les limites aux enfants

organisée par Relais Assistantes Maternelles mairie centre social communal 26290 Donzère (26)

 

conférence-débat : La place des pères et des mères dans l’éducation des enfants

organisée par : RAM Riorges (42)

 

Emission de radio RCF : « A votre service – parentalité »

Conférence : Food For Thought,  Bruxelles (B)

Conférence : Action Collective Familles au Centre Social Lou Pasquie,Roussillon (84)

Conférence : Groupe Partenaires Enfance Jeunesse, Paray le Monial (71)

débat avec Clémentine Autain,  Agora du Nord EDHEC de Lille  

Emission de radio : RCF radioTO Lille« Vies de famille », (l’autorité parentale)

Conférence : Espace Collectif Petite Enfance et Famille, Saint-Pierre d’Albigny (73)

Conférence : Centre de loisirs, Saint Paul Trois Chateaux dans la Drôme (26)

Conférence : Centre social et culturel Intercommunal Energies de la Piège, Salle-sur-l’Hers (11)

Emission de radio :  « Psycho Famille », (La place des pères…) France Bleu Drôme Ardèche

Congrès « Hommes : état des lieux » Bruxelles (B)

Emission de radio : « A vue d’esprit », (Monsieur fait sa crise) Radio Suisse Romande

Emission de radio : « Secrets d’Enfance », (l’échec scolaire) France Bleu Isère

Conférence : Association Apeser Narbonne (11)

Conférence : M.J.C. Charvieu-Chavagneux (38)

Conférence : Association des Familles Limas (Villefranche sur Saône) (71),

Conférence : Centre Social Lavieu Saint-Chamond (42)

Conférence : Centre Social Lavieu Saint-Chamond (42)

Colloque Centre Médical Universitaire de Genève (CH)

 



[1] Bernard This, Le père. Acte de naissance, Le Seuil, 1980.

11:16 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook