Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2008

« Monsieur fait sa crise »

 

« L’ouvrage de Jean Gabard, riche et exigeant, mais très accessible

grâce à une écriture alerte, s’avère très stimulant

pour le lecteur soucieux de mener une réflexion

sur le bien commun et l’avenir de notre société. »

( legraindesable 04 juillet 2006)

 

 

 


Suite à l’émission « A vue d'esprit »
de la Radio Suisse Romande
du lundi 23 au vendredi 27 juin 2008
intitulée « Monsieur fait sa crise »
et à laquelle j’ai participé le lundi 23 juin,

et que vous pouvez écouter sur :
http://www.religions-rsr.ch/fmi/xsl/rsr/rsr_ave_ant.xsl?-db=ReligRSR&-lay=web1&dat_sem7=06/29/2008&-find 

voici les courriers que j’ai envoyés à Monsieur Pierre Yves Moret qui m’a interviewé.


Monsieur Pierre-Yves Moret
Je n’ai pas écouté la totalité de l’émission « Monsieur fait sa crise », mais j’ai pu en apprécier la qualité et, encore une fois, la pertinence de vos questions.
Je regrette cependant que le commentaire qui a suivi mon interview ait un peu déformé ma pensée.
Votre collaboratrice dit, après que vous ayez présenté l’autre point de vue d’Alexis Burger : « … une vision de l’identité du père qui au lieu de retourner à un avant mai 68, essaierait de construire un après mai 68 en essayant de joindre ces deux éléments d’autorité et d’affectivité. »
Il me semblait pourtant avoir été assez clair pour dire qu’il n’a jamais été question pour moi de revenir en arrière. Je ne voudrais pas critiquer ce que propose Alexis Burger qui ne peut pas me répondre, mais il me semble qui si sa position n’a rien non plus de réactionnaire, elle est par contre, comme celle de nombreux féministes, totalement conservatrice en restant, quarante ans après, dans l’idéologie de mai 68. J’ai au contraire pour projet d’avancer, de « Changer de direction sans retour en arrière » (C’est le titre de la dernière partie de mon livre), de sortir de la crise d’adolescence et de la confusion pour passer à l’âge adulte.
N’est-il pas regrettable qu’avec la pensée dominante actuelle, il devienne impossible de sortir de ce manichéisme qui consiste à considérer comme réactionnaire toute critique de la société actuelle, comme si cette évolution était inévitable, la seule possible, comme si c’était la solution démocratique idéale. Est-ce une façon de se défendre quand il n’y a pas d’autres arguments à opposer ou une incapacité à concevoir que le féminisme puisse aussi se tromper ? Si c’est le cas n’ai-je pas raison de dire que cette vision du monde devient une idéologie ?
Une idéologie a pour particularité de se préoccuper davantage de maintenir ses dogmes que de favoriser la réflexion. En traitant de réactionnaire toute personne qui remet en cause certains points de la vision du monde féministe, ne risque-t-on pas de tomber dans cette dérive « stalinienne » ?
Non seulement je ne veux pas revenir à « un avant mai 68 », mais je propose d’inventer une autre façon de jouer la fonction de père associée à celle de papa (« en essayant de joindre ces deux éléments d’autorité et d’affectivité »). Alors qu’avant mai 68, il y avait souvent autorité sans affectivité, il y a souvent maintenant affectivité sans autorité. Les adeptes de l’idéologie soixante-huitarde et féministe ne brandissent plus le slogan « il est interdit d’interdire » et peuvent souhaiter qu’il y ait autorité, mais celle-ci devient impossible quand, au nom d’un droit à l’égalité, qui n’a jamais existé (il ne peut y avoir qu’égalité en droits), ils restent dans la négation de la différence des sexes et donc de la différence des fonctions de mère et de père. C’est ce que j’essaie d’expliquer dans mon essai et dans mes conférences. C’est ce que je vous aurais dit si vous m’aviez posé la question. Mais je n'en ferai pas une crise... et ce sera peut-être le sujet d’une autre émission ! …
Bravo encore pour la qualité de votre émission.
Très cordialement
Jean GABARD

 

88888888888888888888888888888

 

J’ai écouté les cinq émissions de A Vue d’Esprit de la Radio Suisse Romande intitulées « Monsieur fait sa crise » et particulièrement l’interview de Mr Christian Schiess. Celui-ci est présenté comme un scientifique spécialiste des questions relatives aux hommes, mais suffit-il d’être sociologue pour intervenir comme scientifique. En effet n’y a-t-il pas une grande différence entre le scientifique qui cherche et ne sait pas ce qu’il va trouver et celui qui cherche des arguments pour justifier ses croyances et ses revendications ?

Mr Christian Schiess fait preuve d’une grande culture pour défendre une idéologie, certes dominante, qui, au nom d’une certaine idée de l’égalité, dénie la différence des sexes. S’il s’en sort très bien pour nous montrer qu’il y a eu et qu’il y a encore une domination masculine (qui peut le nier ?), et qu’il y a construction sociale (qui peut le nier ?), il n’apporte pas de preuve que les identités masculine et féminine ne sont que le fruit de cette construction. Il n’arrive pas à nous persuader qu’il n’y a pas, en plus de la différence physiologique et de la construction sociale, une structuration du psychisme différente. Il n’essaie d’ailleurs même pas tant il est persuadé qu’elle ne doit pas exister. Comment le pourrait-il d’ailleurs, puisque celle-ci se fait dans notre inconscient et que celui-ci par définition nous échappe ? Mais est-il raisonnable, parce que celui-ci ne peut être maîtrisé, de l’ignorer ? D’autre part, suffit-il de montrer les erreurs de mouvements opposés pour prouver que son idéologie est la bonne ?

 

10:40 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

19/06/2008

Montée du Machisme !… Comment lutter ?


 

 

     Il existe encore aujourd'hui des controverses sur des mariages forcés, des annulations de mariage civil pour cause de non virginité ou de mensonge sur la virginité… Ces considérations d'un autre âge portent atteinte à la laïcité, à la dignité de la personne et doivent être combattues avec la plus grande fermeté. La montée de ces phénomènes réactionnaires devrait aussi nous inciter à dépasser le lynchage du premier suspect pour réfléchir sur leurs véritables causes.

 

     La féminisation anarchique de la société entraine des perturbations certaines. Après l'attrait de la nouveauté et de la facilité, les doutes qui surviennent et la perte des repères peuvent inciter des personnes déstabilisées à chercher refuge dans les valeurs rassurantes d'un passé idéalisé. C'est ainsi que de vieilles idées sexistes réapparaissent.

 

     Le macho traditionnel n'est pas mort, mais il est de plus en plus honteux et se fait discret. Cet individu, à qui des « pères » trop sérieux avaient inculqué le respect de la discipline sans lui apprendre à grandir, sévissait à l'intérieur d'un cadre très strict et sous une surveillance perpétuelle. Ce n'est plus vrai aujourd'hui. En effet, le nouveau machisme qui se développe dans tous les milieux sociaux n'est pas dû, comme certains voudraient le penser, à la subsistance d'une idéologie patriarcale qui s'entretiendrait par imitation. Dans notre société de plus en plus féminisée, le « futur nouveau macho », maintenu dans la fusion maternelle, ne souffre pas d'une « overdose » d'ordre masculin mais d'absence de « père » et de repères. Tout autant incapable de sortir de l'enfance, il n'a pas acquis une identité d'homme suffisamment solide pour pouvoir accepter la différence. Arrivé à l'âge où il devrait commencer à assumer la castration, il est encore en plein refoulement et a toujours besoin d'inférioriser les femmes pour pouvoir exister. Alors qu'il devrait être en mesure de « tuer le père », il doit s'en inventer un et il se « bricole » ce qui devient une caricature. Comme de nombreux Allemands au père humilié par la Révolution Industrielle, par la défaite, par le Diktat de Versailles, par le chômage… des garçons ont besoin, aujourd'hui, pour se sentir des hommes, de se comporter en nazi et d'humilier les femmes. Lorsque la fragilité de l'identité sexuelle rencontre la perte d'une identité nationale, il ne faut donc pas s'étonner si certains essaient de justifier leur machisme par une dose de religion ou de nationalisme !

 

     Par souci louable d'éviter d'inférioriser une différence, l'égalitarisme ambiant a tendance à la dénier et peut favoriser ainsi un machisme encore plus dangereux que celui qu'il voulait éviter. Il devient donc plus que nécessaire de corriger les faux pas de la pensée dominante en évitant d'en faire une idéologie qui ne supporterait aucune remise en cause. S'il est possible de dénoncer l'intégrisme musulman sans faire preuve de racisme, pourquoi ne serait-il pas possible de pointer les dérives de la démocratie et du féminisme, sans être réactionnaire et misogyne ? …

 

                                              Jean GABARD

 

Ce texte est une modification de mon article "A la recherche des causes d'un nouveau machisme" paru dans La Tribune de Genève du 11 juin 2008 


 

22:46 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook