Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2006

correction

 

11:35 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Commentaires

"Si la castration est le fait de devoir renoncer à la toute-puissance fantasmatique, la femme ne peut "castrer" un homme qui l'a déjà été quand il s'est aperçu qu'il n'était pas une femme et donc qu'il ne pourra jamais être comme elle est vu dans l'inconscient de tout humain : toute-puissante. Par contre en s'opposant violemment à l'homme, la femme peut réactiver la cicatrice de la castration. La violence de la femme perçue toute-puissante face à un homme castré mais ayant des difficultés à l'assumer, peut être alors terrible. C'est pour cette raison que pendant des siècles les règles de vie demandaient aux femmes de ne pas s'opposer directement aux hommes et même de leur parler à voix douce et en baissant les yeux. Les hommes en ont profité pour se croire supérieurs. Pourtant cette règle était faite pour tenir compte de leur fragilité psychique, de la même manière que les règles demandaient aux hommes de ne pas être brutaux et même d'être galants avec les femmes pour tenir compte de leur plus grande fragilité physique. La femme ne peut castrer l'homme qui l'est déjà, l'homme peut castrer "La femme" pour qu'elle devienne vraiment une Femme, à condition qu'il le fasse avec amour et avec son accord.
Dans mon livre: Le féminisme et ses dérives. Du mâle dominant au père contesté, (aux Editions de Paris) je dénonce une idéologie féministe qui, parce qu'elle avait raison de combattre le machisme se croit obligé de ne pas tenir compte de la différence des sexes et de ne pas respecter certaines règles de comportement nécessaires. Jean Gabard
"

Jamais on en me castrera plus!

Écrit par : soi | 13/07/2006

Mais bien sûr!

Écrit par : soi | 14/07/2006

Que veut dire ce « mais bien sûr ! » ?
Ce n’est pas parce que de nombreuses femmes ont pu souffrir d’hommes incapables de les introduire à la castration avec amour parce qu’ils ne l’assumaient pas eux-mêmes que « introduire une femme à la castration » est négatif et doit être considéré comme du machisme. Encore une fois, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Écrit par : Jean GABARD | 19/07/2006

Les commentaires sont fermés.