Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2014

Le "mariage pour tous" ?

 

"La seule façon de renforcer notre intelligence est de n'avoir d'idées arrêtées sur rien, de laisser l'esprit accueillir toutes les pensées."
John Keats

 

 

 

 

"Mariage pour tous" ?

 

La revendication d’égalité est récurrente depuis une cinquantaine d’année et c’est au nom de cette égalité que l’adoption de la loi Taubira a semblé s’imposer pour une majorité de la population. Alors que la démocratie ne cesse de progresser,  il existe pourtant des récalcitrants pour qui toutes les conditions ne sont pas réunies pour se déclarer favorables au « mariage pour tous ».

 

Il serait possible d’être favorable au « mariage pour tous » si le fait de l’appeler mariage ne permettait l’adoption pour tous et de plus l’adoption de tous les enfants quel que soit leur âge.

 

Il serait possible d’être favorable à l’adoption pour tous si la différence des sexes n’était pas perçue par les petits enfants ou si elle n’avait aucune importance pour eux.

 

Il serait possible d’être favorable au mariage pour tous s’il y avait ou s’il devait y avoir égalité entre un homme et une femme.

La revendication de l’égalité femme/homme est devenue une exigence. Cette égalité n’est pourtant pas inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Celle-ci proclame en effet : « Les Hommes naissent libres et égaux en droits ». Elle ne dit pas : « les Hommes naissent libres et égaux ». Remarque mesquine pourrait-on dire dans la mesure où nous faisons presque tous ce raccourci  commode. Un simple oubli qui serait en effet sans conséquence s’il n’exprimait pas la revendication d’une autre égalité, d’une égalité réelle ? 

 

Il serait possible d’être favorable à une égalité femme/homme réelle si le postulat des Etudes de genre était une théorie.

La demande d’égalité réelle peut avoir deux significations.

Elle peut être l’exigence que l’égalité en droits soit respectée et c’est alors ce que nous devons tous souhaiter. La démocratie doit, certes, assurer le respect des lois, mais nous savons tous qu’il y a toujours des individus qui arrivent à passer outre, qu’il y a toujours eu et qu’il y aura malheureusement toujours des personnes qui voleront, qui tueront et qui ne respecteront pas les droits des autres.

La demande d’égalité réelle peut être aussi la demande d’une égalité totale qui se traduise au niveau des comportements et des résultats. Cette exigence d’égalité réelle suppose qu’il n’y ait plus d’atteinte aux droits, que toutes les inégalités soient uniquement dues à une construction sociale sexiste et à des discriminations appelées à disparaître rapidement. C’est ce qu’avancent les Etudes de genre. Celles-ci ont connu un grand succès en luttant contre le sexisme de conservateurs qui justifiaient les injustices par la nature. Elles mettent en évidence les différences d’éducation entre les garçons et les filles, l’influence des stéréotypes, qui expliqueraient leurs performances inégales. Ces études ont fait avancer la démocratie mais elles n’arrivent cependant pas à prouver vraiment les liens entre construction sociale et résultats et encore moins à prouver qu’elle serait seule en cause. Malgré cela le postulat de départ des Etudes de genre est pris pour une conclusion alors que pour être une théorie scientifique il aurait au moins fallu vérifier s’il n’y avait pas d’autres causes possibles à ces inégalités. Le fait de donner une poupée comme jouet à une petite fille peut en effet l’influencer, mais rien ne prouve que sans cela elle n’aurait pas envie de s’occuper des enfants, simplement pour imiter sa maman ou une autre femme qu’elle a pu voir donnant le sein à un bébé (et ce rôle ne peut être jugé sexiste).

 

Il serait donc possible d’être favorable à une théorie des Etudes de genre s’il n’y avait pas d’autres causes aux inégalités de comportements et de performances que la construction sociale et les discriminations mais ce n’est absolument pas certain. Les découvertes récentes semblent en effet montrer que d’autres éléments, indépendants du social, contribuent aux différences homme/femme.

Il est encore impossible de montrer de façon certaine tous les liens entre la biologie et les comportements des hommes et des femmes mais les sciences commencent à mettre à jour les différences hormonales et l’influence de ces dernières. On sait par exemple que l’ocytocine qui envahit la femme dans la période de l’accouchement favorise « l’accordage »  nécessaire avec le petit enfant dans la période dite d’assertivité. On connait aussi beaucoup mieux les effets de la testostérone sur le petit garçon à la naissance et tout au long de sa vie. Boris Cyrulnik rappelle que lorsque l’on injecte de la testostérone à une femelle chimpanzé cela peut suffire à la faire changer d’objet pour jouer. Il est certes encore difficile de mesurer les effets produits par les taux de ces hormones sur le comportement de l’homme et de la femme mais il paraît de plus en plus difficile de les nier.

Il existe une autre différence qui n’est jamais pris en compte par les études de genre : la différence de structuration du psychisme. Etant du domaine de l’inconscient, elle est, certes, par définition non maîtrisable. Elle ne peut par contre être soupçonnée de dépendre de la culture et elle est difficile à ne pas envisager. On ne peut en effet nier que le fait de naître dans un corps de femme d’une personne du même sexe pour une fille ou dans un corps d’homme d’une personne du sexe différent pour un garçon (et ceci est totalement indépendant du lieu et de l’époque) puisse avoir un effet au moins aussi important que le fait de donner une poupée en cadeau. D’autres parts si l’on s’accorde, avec la très grande majorité des psychologues, pour dire que les petits enfants, garçons ou filles ont pour première référence la maman et que celle-ci est perçue comme une divinité toute-puissante on peut aussi imaginer qu’ils ne vont pas réagir pareillement si elle est petite fille appelée à devenir comme sa maman ou s’il est petit garçon devant trouver un modèle ailleurs. Si la petite fille peut continuer à s’identifier à sa maman avec la certitude de devenir (si ce n’est d’être déjà) toute-puissante comme elle, le petit garçon va devoir renoncer à son premier modèle et à la possibilité d’être tout-puissant. Cette castration psychique primaire est absolument terrible. Elle l’oblige, pour pouvoir subsister, à refouler cette souffrance et il est possible d’imaginer que ce refoulement l’incite à dénigrer ce qu’il ne peut plus être et devenir : une fille, une femme, une divinité.

S’il est possible de trouver d’autres causes aux inégalités homme/femme cela veut dire que les études de genre se trompent, qu’il reste des différences inhérentes à la condition humaine et qui n’ont rien d’injustes. Il n’y a donc pas d’égalité homme/femme (et n’est-ce pas d’ailleurs la raison pour laquelle il est absolument nécessaire qu’il y ait égalité en droits).

 

S’il n’y a pas égalité entre l’homme et la femme il n’y a donc pas d’égalité entre le père et la mère. L’un ne peut remplacer totalement l’autre. Mais est-ce si important ?

Un enfant a besoin d’affection et celle-ci peut être différente suivant le sexe et aussi suivant les personnes. Le plus important reste que l’enfant puisse en avoir.

Il est aussi possible d’admettre que l’enfant puisse trouver l’image de la femme ou de l’homme dans l’entourage, même si ce n’est pas la situation la plus facile.

Si le rapport parents/enfants n’existe qu’au niveau imaginaire et affectif, il est donc possible de dire que la différence des sexes n’a pas tellement d’importance pour l’éducation de l’enfant.

Mais n’y a-t-il pas aussi un niveau symbolique ?

Le père et la mère ne sont en effet pas semblables et il est même plus que probable que les petits enfants ne les perçoivent pas tels qu’ils sont.

Les petits enfants apparemment perçoivent leur maman qui leur a tout apporté avant et même encore après la naissance, comme toute-puissante et il est logique de penser que la petite fille qui pense être comme elle, puisqu’étant du même sexe, n’aura pas avec elle le même rapport que le petit garçon qui a découvert qu’il ne pourra jamais l’être.

Percevant leur maman toute-puissante, les enfants peuvent surtout difficilement intégrer la loi venant d’elle. Comment en effet les limites pourraient-elles être intégrées lorsqu’elles viennent d’une personne semblant n’en avoir aucune. S’ils peuvent éventuellement lui obéir, ce n’est pas par respect pour la règle qu’elle pose mais par crainte de perdre son amour. Quand la maman veut limiter la petite fille qui se perçoit elle-même toute-puissante, celle-ci ne se sent pas concernée. Quand elle veut limiter le petit garçon qui n’a pas encore assumer sa non toute-puissance, lui ne cherche en fait qu’à l’imiter pour lui faire plaisir et espérer rester comme il la perçoit : sans limite. La loi décidée ensemble, ne peut donc être intégrée que si elle vient d’un homme qui n’est pas perçu comme un dieu et qui accepte de l’assumer et de la dire. Ce dernier ne sera-t-il encore écouté comme un père que si la maman lui donne cette fonction en prenant elle-même la fonction de mère. Pour cela elle doit montrer à l’enfant qu’elle écoute l’homme qu’elle aime et donc qu’il mérite d’être écouté. Elle fait ainsi voir au petit enfant, qui à cette âge ne veut pas l’admettre, qu’elle n’est pas toute-puissante puisqu’elle manque et désire ailleurs. Ce n’est que si la loi est ainsi intégrée que la mère pourra plus tard (vers 5, 6 ou 7 ans selon des neuropsychiatres) être comprise comme une personne pouvant parler au nom de la loi et que celle-ci pourra aussi être posée par d’autres adultes et intégrée

Les petits enfants ont besoin que la loi soit dite par un homme nommé par la maman pour pouvoir être intégrée. Cela veut dire que les fonctions de père et de mère sont indispensables et  non  interchangeables. Elles ne peuvent être jouées que par un homme et une femme qui s’aiment assez pour être crédibles. Françoise Dolto ne disait-elle pas que le père est l’homme qui rend la maman heureuse ?

 

 

S’il est une chose que des petits enfants puissent vivre apparemment épanouis dans des familles où les fonctions de père et de mère se jouent mal voire pas du tout, il en est une autre de les priver délibérément de ces fonctions symboliques nécessaires pour acquérir des repères solides. Peut-on prendre le risque d’en faire des enfants-rois hors la loi, plus ou moins difficiles à  gérer, plus ou moins tyranniques avec leur entourage, des enfants incapables d’assumer les frustrations et qui n’ayant pas de modèle de père suffisamment solide risquent, comme de jeunes Allemands dans les années 1930, d’en inventer une caricature qu’ils trouveront chez le nazi, chez le chef de bande, chez le gourou, chez le chef nationaliste, chez le jihadiste...

 

Il paraît donc difficile de cautionner une institutionnalisation d’une situation où des petits enfants pourraient grandir dans des  familles où il y aura deux mamans ou deux papas qui peuvent être certes assez aimants mais où il n’y aura jamais la possibilité que les fonctions de père et de mère puissent se jouer.

 

 

 

 

10:49 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

11/12/2014

Parentalité Dérives égalitaristes

 

Je pense que le "genre" est une idéologie. Cette haine de la différence est celle des pervers, qui ne la supportent pas.

 

Boris Cyrulnik

 

 

Le 21/12/2014  quelques uns de mes derniers Tweets,

 

Il nous faut une #parentalité nouvelle : plus de père dictateur #sexiste ni de papa poule mais des #pères et #mères qui jouent leur fonction

 

Les propos réactionnaires de #zemmour ne plairaient pas si ceux qui se complaisent dans la crise d'adolescence décidaient de devenir adultes

 

 

Plus on cherche à gommer les différences sans les gérer (avec #égalitéFH) plus F et H ont besoin de les exacerber et cela mène au #sexisme

 

@Limportant_fr#Zemmour doit pouvoir parler mais on doit pouvoir lui répondre qu'il se trompe

 

@i_montaigne@jattali Qui suis-je, n'étant déjà plus le même ?

 

 

 @LCPan @JFAchilli @jattali @PlaceauxIdees à d'autres idées : Comment faire réussir à l' #école des enfants qui n'ont pas appris les limites

 

@JFAchilli @jattali @PlaceauxIdees @LCPan Peut-on faire réussir à l' #Ecole des enfants qui n'ont jamais appris à respecter des règles ? 

 

@i_montaigne @LCPan @jattali @tilderparis @JFAchilli Comment apprendre à lire, à écrire à des enfants qui n'ont jamais intégré de limites ?

 

@jattali Comme toujours #Zemmour pose des questions mais sa nostalgie du passé n'est pas la solution (à part pour son succès populiste)

 

 

@i_montaigne @LCPan @jattali @tilderparis @JFAchilli La motivation des élèves est inversement proportionnelle à l'amélioration de l'école ?

 

@i_montaigne @jattali @LCPan @tilderparis @JFAchilli SVP Pourrait-il y avoir "place à d'autres idées" pour l'#Ecole? http://www.podcastjournal.net/TRIBUNE-Refondation-de-l-ecole-ou-education-des-eleves_a15676.html 

 

 

@i_montaigne @LCPan @jattali @tilderparis @JFAchilli Tabou L'éducation que reçoivent les enfants permet-elle à l' #école de faire réussir ?

 

@ChLeDoare Pour sortir de la haine il faut assumer les différences http://www.paristribune.info/L-egalite-hommes-femmes-une-revendication-sexiste-_a7554.html 

 

 

@Equipop_Ong Où est l'indicateur mesurant les différences FH qui ne sont pas dues à la construction sociale et aux discriminations #sexistes

 

@olivierdussopt La #liberté n'est pas la toute-puissance. L' #égalité en droits n'est pas le droit à l'égalité C'est assumer les différences

 

@osez63 La bêtise mène toujours au #machisme nationalisme populisme et autres ismes... en Hongrie en France ... rue89.nouvelobs.com/2008/06/30/mon

 

@RTSinfo  #mariagepourtous ? L'adoption de petits enfants par un couple #homosexuel les prive de père et de mère http://www.refletsdutemps.fr/index.php/articles/item/il-serait-possible-d-etre-favorable-au-mariage-pour-tous-si 

 

 

@bleuherault Un problème à régler : pourquoi de jeunes Français deviennent #jihadiste (ou #FN) ? http://rue89.nouvelobs.com/2008/06/30/montee-du-machisme-et-derive-du-feminisme-comment-lutter  

 

 

@KarakoElisabeth @camillechamoux Quand on comprendra qu'il ne peut y avoir qu' #égalitéFH en droits la #démocratie remplacera le #féminisme 

 

@Infopsy A partir de quand faut-il s'inquiéter quand la mémoire nous fait défaut ?

-  Je ne me souviens plus !

 

 

 

 

 

Le 11/12/2014  quelques uns de mes derniers Tweets, post ...

 

@gouvernementFR le #mariagepourtous favorise les inégalités: des enfants avec père et mère d'autres sans père et mère http://www.refletsdutemps.fr/index.php/articles/item/il-serait-possible-d-etre-favorable-au-mariage-pour-tous-si

 

@Assita_Kanko Avoir les mêmes droits ne veut pas dire être égaux Parler d' EgalitéFH est une dérive http://www.paristribune.info/L-egalite-hommes-femmes-une-revendication-sexiste-_a7554.html

 

@MarionVanR @valerietoranian il faut corriger les dérives féministes si on veut éviter la réaction facho et macho http://www.jeangabard.com/site/Livre.html 

 

@fdastous @lemondefr On peut jouer les fonctions de #père et #mère et on doit lutter contre les #stéréotypes, le #sexisme et l' #homophobie

 

@coco39100 @stop_homophobie @laurentwauquiez Attention Ne pas confondre opposition au #mariagepourtous et #homophobie http://www.refletsdutemps.fr/index.php/articles/item/il-serait-possible-d-etre-favorable-au-mariage-pour-tous-si

 

@FloreThomasset@LaCroixCom les djihadistes français: des jeunes sans père sans repère qui choisissent le djihad comme d'autres le nazisme

 

 

Ne pas confondre le #mariagepourtous que l'on peut critiquer et les #homosexuels que l'on doit respecter refletsdutemps.fr/index.php/arti

 

On peut critiquer les actes de #féministes d' #homosexuels d'étrangers de musulmans... sans être #macho#homophobe#raciste islamophobe...

 

Comme je le dis depuis 20 ans, les dérives égalitaristes et pacifistes d'un #féminisme amènent des enfants-rois EX. slate.fr/monde/83599/su

 

On ne peut revendiquer l' #égalitéFH fille garçon que si le postulat des Etudes de genre est une #théoriedugenre et ce n'est pas une théorie

 

 

S'il n'y a pas #égalitéFH il n'y a pas égalité mère père et une mère ne peut pas remplacer un père et un père ne peut pas remplacer une mère

 

@charlottelazimi@karinebaudoin@franceculture#EgalitéFH Toutes les femmes sont nées d'une personne du même sexe blogdejeangabard.hautetfort.com/archive/2013/1

 

(ds Libération) Dans les années 1920, les jeunes Allemands sans modèle de père valorisé devenaient nazis. Aujourd'hui, les jeunes Français sans modèle de père valorisé deviennent jihadistes. 

Il serait temps de lutter, non pas pour une égalité homme/femme impossible (seule est possible et souhaitable l'égalité en droits), mais pour la reconnaissance des fonctions de mère et de père indispensables pour que les enfants soient véritablement éduqués et deviennent des adultes responsables. http://rue89.nouvelobs.com/2008/06/30/montee-du-machisme-et-derive-du-feminisme-comment-lutter

 

 

@RTLFrance @FogielMarcO @StreiffF1 @AlainDuhamel  En 1930, les jeunes sans modèle de #père valorisé devenaient #nazis, en 2014 #jihadistes.

 

 

Quand des féministes (femmes et hommes) ont raison (pour moi) ils défendent les intérêts des femmes et des hommes et je suis avec ce féminisme. Quand ils ont tort, qu'ils dérivent (pour moi) ils nuisent aux intérêts des femmes et des hommes. Je ne veux, alors, pas les suivre et je critique. Quand, par exemple, ils confondent l'égalité en droits avec le droit à l'égalité, c'est grave, parce que la différence des sexes n'est plus gérée et que cela nuit aux relations hommes/femmes, que cela mène au sexisme, que cela nuit à l'éducation des enfants ... https://www.facebook.com/jean.gabard.14/posts/87261611942...

 

 

Si dire "il n'y a pas d' #EgalitéFH " n'était pas vrai, ce serait un propos #sexiste et il faudrait me condamner Le #féminisme dérive ?

 

@BreakingThor @marst76 @ChTaubira Pas égalité entre couple homo et couple hétéro de même qu'il n'y a pas #EgalitéFH http://www.alterinfo.net/La-theorie-du-genre-et-ses-consequences-sur-les-relations-hommes-femmes-et-l-education-des-enfants_a99747.html 

 

@Salomerainbow Le #mariagepourtous oblige les petits enfants à se priver de la fonction de père et de mère http://www.alterinfo.net/La-theorie-du-genre-et-ses-consequences-sur-les-relations-hommes-femmes-et-l-education-des-enfants_a99747.html 

 

 

@Arpenteon @Salomerainbow @oliviersiou1 Cest vrai il faut haïr la différence pour penser qu'une femme peut remplacer un homme et inversement

 

 

@LiliCeliine On vit dans un monde égalitariste où les H n'acceptent pas la différence des F et où les F n'acceptent pas la différence des H

 

 

@kikiblain_off Le #mariagepourtous @najatvb est symptomatique de la crise d'adolescence Le progrès consiste à en sortir pour devenir adulte

 

 

@meuniermichelle La femme ne peut être l'égale de l'homme et inversement. #EgalitéFH = dérive #féministe. Elle n'est qu'égale en droits 

 

@O_Rollot@lemondefr#EgalitéFH Pour avoir égalité filles-garçons, @najatvb va-t-elle apprendre aux garçons à mettre les enfants au monde ?

 

 

@OREGAND1#égalitéFH Avec le pouvoir l'homme améliore son pouvoir de séduction. La femme, qui a la toute-puissance fantasmatique, en perd

 

@orgulloygloria Il faudra parler d' #EgalitéFH le jour où les hommes mettront au monde les enfants Avant l'égalité en droits est à défendre

 

@chriskikimorel La femme n'est pas l'égale de l'homme. il faut être dans la dérive #féministe pour le nier. Elle n'est qu'égale en droits

 

 

@DroitSante @lemondefr Les fonctions symboliques de père et de mère ne peuvent se jouer dans une famille #homoparentale avec un petit enfant

 

En infériorisant la femme l’idéologie patriarcale n’assume pas la différence des sexes. La #théoriedugenre en n’en faisant qu’une injustice

 

Tant que l'on réclamera des mamans toutes-puissantes (#Sarkozy #Hollande ...) on trouvera des prétendants que l'on trouvera mauvaises mères

 

@IROPE34 @chipo11290 @JEANNOTKZ @yvesmontagne @Brunozzz1 @Silvit0212 @johnpalissy Qd on invente un père on le trouve tjs dans les extrêmes

 

@JEANNOTKZ Les garçons sans "père" sont adorables tant qu'ils ont peur de perdre leur maman. Quand ils s'en détachent ils n'ont aucun repère

 

@Marawd3r@SOShomophobie Les homos ont le même droit que les hétéros de se marier avec une personne du sexe opposé vimeo.com/user1222

 

@RTLFrance @FogielMarcO @StreiffF1 @AlainDuhamel  En 1930, les jeunes sans modèle de #père valorisé devenaient #nazis, en 2014 #jihadistes.

 

@Lengadoc_Info @ObsGender Avec le postulat #théoriedugenre il faut non plus libérer le sexe mais se libérer du sexe. vimeo.com/user12224338/review/83965501/9d8f362f4b

 

 

10:43 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook