Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2006

réponse à un commentaire

Commentaires

J'ai été heureuse de trouver des hommes nettement plus réalistes et conscients que vous sur ce forum.

Ecrit par : soi | 30/07/2006

merci pour les commentaires, mais pour pouvoir dialoguer, j'aimerais plus de précisions: qui sont ces hommes et en quoi sont-ils plus réalistes et conscients que "vous"; à quel "vous" s'adresse-t-on et à propos de quoi?

10:50 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/07/2006

Le féminisme mouvement ou idéologie?

Le féminisme : mouvement ou idéologie ?   « Le féminisme et ses dérives Du mâle dominant au père contesté » est un livre sur les dérives de l’idéologie féministe. Je suis étonné que de nombreuses personnes me reprochent de méconnaître le féminisme et de caricaturer un mouvement pluriel. Mon objectif en fait, n’a jamais été d’étudier les différents mouvements féministes mais plutôt d’en faire ressortir les points de base (les dénominateurs communs) qui marquent la société toute entière. Ceux-ci se retrouvent dans une pensée moderne, que j’appelle « féministe » parce qu’elle s’oppose radicalement à l’idéologie de la société patriarcale traditionnelle (dominée par les hommes). Cette remise en cause, qui est apparue surtout après le XVème siècle, (bien avant que les femmes s’en emparent) a permis de connaître la démocratie mais elle dérive aujourd’hui, alors qu’elle est cautionnée par la majorité des femmes et des hommes. En effet parce que cette pensée dominante peut être encore bafouée et parce qu’elle est devenue évidente pour ceux qui la partagent, la critiquer devient impossible. (Toute personne présentant un avis différent, devient un ennemi qu’il ne faut pas écouter mais détruire). L’esprit critique disparaissant, les confusions, loin d’être corrigées, s’accentuent : c’est ainsi que la Liberté est galvaudée et devient la permission de faire ce que l’on a envie et l’Egalité en droit devient le droit à l’égalité. La négation de la différence des sexes et le refus des limites sont devenus des banalités. Ils entraînent pourtant avec la dévalorisation des hommes, une société « sans père et sans repères » dont les conséquences sont de plus en plus visibles dans la famille, à l’école, dans la société en général.)

19:05 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook