Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2007

Rendez-vous

Concevoir de pouvoir dériver

et accepter la critique,

n’est-ce pas la meilleure façon

de montrer le caractère tolérant

et non idéologique

de sa vision du monde ? 

N’est-ce pas déjà éviter une dérive ?

Le lundi 22 octobre 2007 

Je répondrai aux questions

de Jacqueline SERS

au cours de l’émission Midi Magazine

     de 12 h 05 à 13 h 

     sur Radio Fréquence Protestante. 

Vous pourrez écouter cette émission 

     -   sur  100.7 FM

-         sur le site de Fréquence Protestante 

    www.frequenceprotestante.com/

 

  Le samedi 08 décembre 2007 

Je ferai une intervention

sur « L’évaporation de l’homme » 

lors d’un colloque

ayant pour thème :

« La maternité et l’identité masculine »

au Centre Médical Universitaire de Genève

  Programme 

Ouverture des débats avec la vidéo « LE CRI »         

Willy Pasini

          « Chevalier sans cuirasse »

Jean Gabard

          « L’évaporation de l’homme » 

Eliane Perrin

          « La décision du père face à l’avortement »

François Ansermet

         « La nouvelle paternalité »

SLAM

          (3 jeunes s’expriment sur leur identité masculine)

François-Xavier Amherdt

          « Immaculée Conception et l’identité masculine – une contradiction ? »

Cécile Daumas

          « Qui a peur du deuxième sexe ? » 

Alexis Burger

          Film « Le souffle du désert »

Discussion à trois : F.-X.Amherdt, C.Daumas et A.Burger

Discussion générale  ( avec interventions de 5 min de 2 invité(e)s pour lancer le débat)

   

 

 

16:10 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

12/09/2007

Quand Alain Soral rejoint les féministes extrémistes !

    Alain Soral semble dire que les conditions économiques, sont les responsables de la féminisation de la société. Ce serait le néo-libéralisme qui appellerait la féminisation excessive et qui en profiterait. Il faudrait donc le renverser pour que la société retrouve son équilibre ! Pourtant la féminisation inévitable de la société a commencé bien avant l’installation  d’une économie libérale ! Alors, peut-on prétendre que le libéralisme utilise le féminisme ? Ne serait-ce pas plus pertinent de dire que la vision du monde féministe, en s’opposant à la société patriarcale machiste, « crée » le libéralisme ? Celui-ci n’a-t-il pas été un moyen d’éliminer toutes les contraintes strictes ( politiques, économiques, religieuses…) imposées (et donc mal posées) par les hommes au pouvoir ? Et les nouvelles libertés ne profitent-elles pas à la féminité (fascinante aussi bien pour les hommes que pour les femmes) et à sa propension à « prendre la tête », avec ses plaisirs … et ses déboires ?

 

 

 

Les hommes et femmes partisans de l’idéologie féministe veulent transformer l’homme. Ils sont persuadés que la différence des sexes est entièrement construite par l’éducation machiste et veulent changer la société pour que l’homme et la femme ( surtout l’homme) s’améliorent et soient à égalité. Pourtant, les discriminations sexistes ne sont-elles pas dues à des différences mal gérées. Alors faut-il supprimer les différences, comme les féministes le suggèrent ou essayer de les gérer le mieux possible ? Ne serait-ce pas parce que l’humain mâle se sait limité, qu’il a besoin, pour conquérir « La femme » perçue toute- puissante, de pouvoir politique et économique et qu’il a tendance à l’utiliser pour dominer ? Faut-il remettre en cause son goût pour le pouvoir ou l’empêcher d’en abuser ? Ne serait-ce pas parce que la personne de sexe féminin ressent davantage la toute-puissance (c’est elle qui accomplit « le miracle de la création »), qu’elle s’intéresse davantage à son développement personnel, à la famille, aux enfants et moins au pouvoir ? Faut-il l’en empêcher ou simplement s’assurer qu’elle bénéficient des mêmes droits que les hommes et que ceux-ci soient respectés ?

 

 

 

 En passant du marxisme au Front National, Alain Soral ne surprend personne. Il rejoint, comme il le dit lui-même, les déçus de la gauche. Ainsi des déçus de la Révolution socialiste, (c’est à dire souvent ceux qui ont trop espéré) se retrouvent dans le projet d’une Révolution Nationale ! La révolution est ici encore le moyen de changer le monde pour changer l’Homme. En effet, le but est toujours de créer un Homme nouveau et c’est bien là que Alain Soral rejoint les féministes utopistes et … totalitaires.

 

 

 

 

 

 

 

11:28 Écrit par jeangabard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook